LE RIC, référendum d’initiative citoyenne est-il la solution ?

par | Nov 20, 2021 | Vie citoyenne | 0 commentaires

L’association Article 3 pour le RIC

Alors que l’association Article 3 défend la mise en place du référendum d’initiative citoyenne par modification de l’article 3 de la Constitution, il convient de se poser la question de savoir si cet outil démocratique est réellement une solution pour sortir la France de son centralisme mortifère et destructeur.

Les conséquences du jacobinisme

Depuis la mise en place de la République et la victoire des jacobins sur les girondins, les Français ne peuvent concevoir le pouvoir que sous sa forme centralisé. Variante intéressante du syndrome de Stockholm, ils restent attachés au système même qui permet à une minorité d’imposer sa volonté à la majorité tout en réclamant plus de démocratie, par exemple, justement à travers le RIC, référendum d’initiative citoyenne.

Enfermés depuis trop longtemps dans un système monarchique déguisé en république, ils sont comme ces oiseaux nés en captivité, à qui on ouvre la porte de leur cage et qui, soit n’en sortent pas, soit y reviennent après un petit tour à l’extérieur.

Pourquoi le RIC ne peut pas fonctionner dans un système centralisé ?

Parce que l’échelle d’application d’une loi est nationale. Or, ce qui est vrai en Bretagne ne l’est pas forcément en Alsace. Par exemple, on sait que les Bonnets rouges bretons ont réussi à faire supprimer l’éco taxe, à juste titre, parce qu’elle créait en Bretagne, une taxe injuste sur toutes les marchandises arrivant ou partant de Bretagne par la route.

Mais en Alsace, terre de transit où les autorités ont eu la bonne idée de créer un couloir à camions, les routiers allemands se déportent sur nos autoroutes gratuites pour faire des économies. Au final, ils usent nos routes, polluent notre air, sans participer le moins du monde à notre économie. L’éco taxe est donc un moyen de réparer ça.

Dès lors, en Alsace, on votera pour l’éco taxe quand la Bretagne votera résolument contre. Le RIC ne permettra pas de résoudre ce dilemme en donnant satisfaction aux deux régions. On le voit, ce n’est pas un outil démocratique, c’est une refonte totale du système.

Les outils de la démocratie directe ne peuvent pas s’appliquer sur un système centralisateur!

Que faire alors ?

Ceux qui défendent bec et ongles le RIC ne font rien d’autre que de préparer la nouvelle prison des Français. La démocratie s’organise-t-elle en calquant des outils de démocratie, conçus pour des citoyens habitués à la démocratie, sur un système hyper centralisé?

Ce qu’il faut, ce n’est pas un petit outil, non, c’est l’ensemble du système qu’il est nécessaire de repenser. La commune est l’échelon de base de la démocratie… pas Paris. Le pouvoir doit être divisé et non concentré, car quand un pouvoir est concentré il est toujours détourné et exploité par les plus malins et les plus vicieux. Le pouvoir doit être au plus près des citoyens, pas dans une seule ville… aussi belle soit-elle.

Il y a aussi le problème de la création monétaire et de ses lourdes conséquences. Est-ce que le RIC permettra de protéger un élu de l’influence de la finance?

C’est aux citoyens d’organiser un nouveau vivre ensemble, pas d’essayer de mieux surveiller les politiciens corrompus avec un outil comme le référendum d’initiative citoyenne qui fonctionne bien en Suisse parce que les Suisses ont un système fédéral, où le pouvoir s’élève depuis les communes.

Au regard de la gravité de la situation, ne faudrait-il pas mieux penser à la création de groupes locaux, au niveau communal? Quand l’inflation frappera à plein, quand les coupures de courant seront de plus en plus fréquentes, quand le litre d’essence sera si cher qu’on ne pourra plus rouler, n’est-ce pas au niveau communal que fonctionneront d’abord l’entraide et la solidarité?

Non, l’heure n’est plus à demander la mise en place d’un RIC, l’heure est à la construction du monde d’après. Espérons qu’il sera plus résilient, plus humain et que nous puissions bâtir un monde meilleur pour nos enfants.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

à propos de l’auteur :

Jean Francois MATTLER
Jean-François Mattler
Citoyen libre qui croit fortement à l'intelligence collective, surtout quand les informations dispensées par les médias mainstream ne sont pas manipulées.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez nos publications directement dans votre messagerie

Vous avez été inscrit avec succès. Merci de consulter votre messagerie pour confirmer votre inscription.